Appel à la vigilance des parents vis-à-vis du site Ask.fm

Cyberaide.ca reçoit des signalements inquiétants concernant ce site de réseautage social prisé par les jeunes

9 juillet 2013
Pour diffusion immédiate

WINNIPEG (MANITOBA) : Le Centre canadien de protection de l’enfance met en garde contre Ask.fm : un site de questions-réponses anonymes qui gagne en popularité auprès des jeunes Canadiens et Canadiennes. Le programme Cyberaide.ca (la centrale canadienne de signalement des cas d’exploitation sexuelle d’enfants sur Internet) du Centre canadien a reçu récemment de la part du public des signalements très inquiétants concernant l’exposition et la participation des préadolescents et des adolescents à des campagnes de dénigrement, de cyberintimidation, de menaces et de harcèlement à caractère sexuellement explicite sur ce site très populaire.

Ask.fm est un site où les utilisateurs peuvent publier anonymement des commentaires et des questions sur les profils d’autres utilisateurs. Le plus inquiétant, c’est que des jeunes s’en servent pour inciter d’autres jeunes à se livrer à des comportements autodestructeurs et, dans certains cas, à commettre un suicide. À l’étranger, ce site est en cause dans de nombreux cas extrêmes de cyberintimidation et de harcèlement ainsi que dans quelques suicides d’adolescents.

Les sites de réseautage social offrent souvent des réglages de confidentialité, mais sur Ask.fm, tous les profils sont publics, et l’on peut chercher par nom, par courriel ou par ville. Ce site a pour vocation de permettre aux utilisateurs de poser des questions à d’autres utilisateurs ou de publier des commentaires (qui peuvent être accompagnés de photos et de vidéos) – des activités en apparence inoffensives, sauf que les utilisateurs peuvent garder l’anonymat.

« Les parents doivent prendre conscience des dangers qu’un site comme Ask.fm peut faire peser sur leurs enfants, prévient Signy Arnason, directrice de Cyberaide.ca. L’absence de paramètres de confidentialité et la possibilité de publier anonymement des commentaires et des questions sur les profils d’autres utilisateurs font de ce média social un lieu propice aux interactions préjudiciables. »

Avec près de 57 millions d’utilisateurs dans le monde entier, Ask.fm a la cote auprès des jeunes, probablement parce qu’il constitue un espace internet à l’abri des parents. Contrairement à Facebook ou à Twitter, ce site de réseautage social relativement nouveau est pratiquement inconnu des parents canadiens.

« Ce qui se passe, ajoute Mme Arnason, ne se limite pas à de l’intimidation anonyme de jeunes par d’autres jeunes et à de l’incitation à des comportements préjudiciables; on relève aussi du bavardage vulgaire, des remarques désobligeantes et des attaques sociomédiatiques impliquant de très jeunes personnes. »

« L’intervention des parents est essentielle pour empêcher les enfants et les adolescents de fréquenter des sites qui pourraient leur faire du tort à eux ou à autrui, précise le surint. John Bilinski, officier responsable du Centre canadien de police pour les enfants disparus et exploités/Sciences du comportement de la GRC. Il est important que les parents connaissent les sites que leurs enfants fréquentent et discutent avec eux des dangers auxquels ils pourraient être confrontés sur Internet. »

Le Centre canadien de protection de l’enfance encourage fortement les parents à se renseigner sur Ask.fm et à déterminer l’utilisation qu’en font leurs enfants. Pour des moyens d’amener vos enfants à devenir des internautes prudents et responsables, consultez le www.AidezMoiSVP.ca.

-30-

Pour une demande d’entrevue avec l’un de nos porte-parole, les médias sont priés de contacter notre équipe des communications :

Téléphone :
204 945-8074 (Bureau)
204 801-2979 (Soirs et week-ends)

Courriel :
communications@protegeonsnosenfants.ca